Bienvenue

Cher visiteur, soyez la bienvenue à Oudewater, petite ville historique au coeur de la Hollande, à vous à découvrir. Le centre historique respire l’âme d’antan, avec ses maisons et façades monumentales qui étalent la richesse à la suite de l’industrie de la corde depuis le moyen âge jusqu’à présent. Et la maison de la balance a une unique histoire à raconter…

Jouissez de ces pages pour faire votre choix d’une visite à Oudewater pendant votre séjour aux Pays-Bas.

Si vous aimez la visite des sites historiques, il y a plus aux Pays-Bas qu’Amsterdam, et la petite ville d’Oudewater vous offre le tout : les monuments historiques, les maisons du 17me siècle, le paysage typiquement Hollandaise, les canaux, musées, restaurants, visites guidées, antiquaires, et le tout à 10 minutes d’espace.

En 1265, Oudewater a reçu ses droits de ville, ce qui fût un bienfait pour ses citoyens. Aujourd’hui, Oudewater avec ses 9000 habitants est toujours une ville indépendante. L’Origine de la ville se situe au confluent de deux cours d’eau dans la plaine de pays-Bas de l’époque : au croisement, un endroit de commerce s’établissait en moyen âge.

Oudewater est un bijou, mais en proximité il y a plus : les vitraux fameux à Gouda, la région du fromage, la ville des orfèvres de Schoonhoven, le barrage unique au monde des 17 moulins à vent à Kinderdijk : tout se situe à moins de 30 km d’Oudewater. Même les grandes villes comme Amsterdam, La Haye et Rotterdam sont tous à moins de 60 km d’Oudewater.

Tourist Information Point

Le Point de Renseignements Touristiques se trouve sur la place du marché en plein centre de ville, mais vous pouvez vous renseigner et faire des réservations bien en personne que par internet et email.

Outre les informations écrites sur les curiosités de la ville et les alentours, on peut y trouver deux sortes d’excursions guidées : en groupe, avec un guide, (durée approx. une heure, réservation conseillée) et une excursion en bateau sur les canaux d’Oudewater.

Oudewater historique

Oudewater signifie, traduit littéralement, Vieille Eau. Néanmoins, l’étymologie du nom n’est pas connue. Entourée de grandes surfaces boueuses, Oudewater avait une importance stratégique –contrôle sur les voies d ‘eau – pour l’évêque d’Utrecht, et c’est pour cette raison qu’il donna Oudewater ses droits de ville fortifiée en 1265. Trois siècles plus tard, en 1568, le mouvement protestant avait pris pied à terre aux Pays-Bas, et la guerre d’indépendance éclata. Les Pays-Bas furent la propriété du Roi d’Espagne, bien catholique, qui y envoyait ses troupes. En 1572, les douze villes les plus importantes (les plus riches) de la Hollande ont eu une première assemblée constituante, parmi lesquelles : Oudewater. L’expédition punitive du Roi d’Espagne en 1575 a détruit presque tout bâtiment à Oudewater, sauf l’église, et quelques couvents catholiques, et a tué presque toute la population. Ville riche, Oudewater reprenait la reconstruction assez vite. Le témoignage en est une maquette de ville quasi-parfaite construite au cours de 50 ans seulement.

La source de cette richesse se trouve dans la manufacture de corde. Les sols de la région se prêtaient à la culture du chanvre, et dans la ville la corderie se développait depuis le moyen âge. En 1545, un grand entrepreneur d’époque construisit, juste en dehors des fortifications, la plus longue corderie du monde pour la production de cordes pour la navigation marine. Les clients pouvaient y inspecter leurs cordes sans nœuds ou épissures. L’entreprise existe toujours (c’est la plus ancienne entreprise familiale des Pays-Bas), ainsi que le bâtiment de corderie de plus de 400 mètres de longueur. Dans la ville, il y a un petit musée de corde.

La Maison de la Balance

Au moyen âge, être accusée de sorcellerie était un grand risque mortel pour chaque femme de petit gabarit. La poursuite de sorcières atteignait de tels proportions, que l’empereur Charles V donnait sa certification impériale à la maison de balance à Oudewater de peser les femmes accusées, afin d’établir pour elles une pesanteur qui prévient le vol sur un balai. La clientèle venait parfois de grande distance. Aujourd’hui, les visiteurs d’Oudewater peuvent également se faire peser, hommes comme femmes et enfants, pour recevoir leur certificat. La maison de la balance est un petit musée qui explique cette histoire.

La maison de la balance a appliquée sa nomination pour la liste du patrimoine mondial de l’Unesco.

Musée de la corde

Les sols tourbeux autour d’Oudewater, plutôt marais en hiver, se prêtaient à la culture du chanvre, et dans la ville la corderie se développait. Partout sur les remparts, il y avait de petits corderies, entreprises de famille. La qualité de la corde s’exprimait, entre autres, par la longueur sans joints. Dans la ville, la plus longue (220 m) corde en une pièce sans épissures pouvait être retordue dans la rue derrière le musée de la corde. A partir de 1545, une nouvelle corderie de deux fois cette longueur est construite en dehors des murs de la ville.

Le musée de la corde vous raconte toute l’histoire, bien intéressante pour vous et vos enfants. Pour retordre la fibre de chanvre, les  ouvriers le portaient entassée dans un tablier, qui donnait aux citoyens d’Oudewater le surnom de ‘ventres jaunes’ (‘Geelbuiken’).

La marine, la navigation marine civile, la pêche et toute la navigation fluviatile avaient besoin de grandes quantités de corde. Oudewater la fournissait. Au temps des grandes voyages vers l’Orient, les cordiers d’Oudewater ont mérité leurs fortunes : la corde d’Oudewater avait une réputation. Comme toujours, d’ailleurs.

Le bâtiment du musée de la corde a servi depuis 1675 comme magasin de matières, outils et produits. Juste à côté, il y avait ‘la grande roue’ de cordier. Au musée, le visiteur peut retordre son propre échantillon de corde.

L’Hôtel Abrona

L’Hôtel Abrona vous accueillera avec toute son hospitalité, ses repas copieux et son allure agréable. Il y a 24 chambres tout confort, accessible aux fauteuils roulants, parking gratuit.

L’Hôtel Abrona, il y a une douzaine d ‘années, s’est installé dans un bâtiment historique, avec une équipage expérimentale : sous l’accompagnement des professionnels, Abrona offre du boulot aux jeunes handicapés, qui y travaillent dans la cuisine, le ménage et même dans la service au restaurant. Abrona les donne la sécurité, l’appréciation et un salaire conforme. Sans dire que tous sont extrêmement motivés à vous servir.

La fondation Abrona pour le bienfait des handicapés exploit des fermes, logements communs, un hôtel, des ateliers d’artisanat. Ses produits artistiques sont à vendre à l’hôtel et au Point de Renseignements Touristiques.